Peut-on allonger la durée d’un crédit immobilier ?

Face à une dépense imprévue ou parce qu’il souhaite bénéficier d’un reste à vivre plus élevé, un propriétaire peut être tenté de revoir la durée de son crédit immobilier. Est-ce possible, dans les faits ?

Pourquoi vouloir allonger la durée de son prêt immobilier ?

Quand la situation financière le permet, au moment de la souscription du prêt, un futur propriétaire peut vouloir faire le choix de rembourser rapidement son crédit immobilier, pour être officiellement détenteur de son bien, mais aussi ne plus avoir à rembourser de prêt auprès la banque.

Cela suppose des mensualités quelquefois élevées. Il peut alors être difficile d’obtenir un autre crédit (à la consommation, par exemple), pour concrétiser un projet ou pour répondre à un impératif ; comme une panne imprévue chez soi.

Même lors d’un prêt classique, sans mensualités très élevées ; si ces dernières se cumulent avec d’autres charges fixes et des crédits en cours, le ménage n’a pas beaucoup de latitude, quant à son reste à vivre ; c’est-à-dire ce qui lui reste, après avoir payé l’intégralité de ses charges mais aussi le poste alimentation etc…

Afin de diminuer le montant de sa mensualité de crédit immobilier et donc augmenter sa durée de remboursement, le propriétaire peut être tenté de renégocier la teneur de son contrat. Même si la banque n’est pas tenue d’accepter, elle peut le faire pour deux raisons : éviter à son client une situation d’endettement ou encore vouloir garder un bon client, tout simplement. Que faire, si la banque n’accède pas à cette requête ? Il existe une alternative.

Comment rallonger la durée de son crédit immobilier ?

Dans le cas d’un refus par la banque dans laquelle a été souscrit le prêt, il est possible de faire racheter ce dernier par une autre banque.

Cela permettra d’avoir un nouveau contrat, avec des mensualités moins élevées sur une durée plus longue. Le fait de passer par une autre banque est aussi l’occasion de trouver une offre plus attractive ; en cherchant le taux le plus bas. Même sans vouloir faire baisser le prix de ses cotisations, avoir un taux plus bas est souvent intéressant pour payer son crédit immobilier moins cher.

Il faut pourtant obtenir un accord par la nouvelle banque. Pour cela, il faut qu’elle ait la conviction qu’elle sera remboursée, mais aussi qu’il reste suffisamment d’années pour que l’opération soit rentable pour elle, même avec un taux bas.

L’examen des ressources et charges est alors refaite, comme cela avait été fait pour la première demande dans l’ancienne banque.

Le changement de banque pour un prêt fait l’objet de certains frais dont il faut tenir compte, avant de commencer. Il faudra également souscrire une nouvelle assurance emprunteur. Car les exigences de cette banque ne sont peut-être pas les mêmes en la matière.

La situation du propriétaire a forcément changé, puisqu’il a pris de l’âge. Le calcul est donc important, pour ne pas que le coût de cette garantie ne prenne pas le pas sur l’économie réalisée par ailleurs, sur les mensualités.